Accueil » 3 façons de favoriser un vent de changement (sans s’époumoner)

3 façons de favoriser un vent de changement (sans s’époumoner)

Atypic

04 mai 2017

Articles de blogue

3 façons de favoriser un vent de changement (sans s’époumoner)

Dans les postes de direction des organismes du secteur pluriel, la tendance des dernières années était de gérer avec une grande prudence.

Or les temps changent, et de plus en plus, les directions générales sont forcées de s’adapter et d’innover dans leur gestion. Le monde change trop vite pour attendre la permission avant d’essayer quelque chose, mais surtout, pour continuer de faire comme tout le monde.

L’heure est à l’audace!

Mais pour que le changement arrive réellement, il faut croire en sa vision, se mobiliser comme gestionnaire et inspirer ses employés et son conseil d’administration à participer à ce changement.

Oui, d’accord. Mais dans les faits, qu’est-ce que cela veut dire?

1. Pensez gros, beaucoup plus gros

Si vous êtes gestionnaire, il est important pour vous de prendre un grand pas sur le côté pour avoir une vue d’ensemble sur les enjeux et la situation actuelle. Ce recul est essentiel pour tenter de comprendre ce qui peut être fait pour rendre vos actions encore plus pertinentes, efficaces, voire révolutionnaires.

Posez à vos administrateurs des questions qui les feront réagir :

En faisons-nous assez? Avons-nous l’impression de répéter années après années les mêmes recettes, les mêmes formules? Si on rêvait, notre organisation ressemblerait à quoi?

En ayant le courage de vous poser ces questions et d’y répondre, vous vous donnerez un point de départ pour cerner le besoin de changement dans l’organisation.

2. Amenez votre conseil d’administration à vous suivre

Fini le temps où on demeurait prudent et conservateur dans ce que nous demandions aux membres de notre conseil d’administration.

Pour apporter de réels changements, vous avez besoin d’eux. Parlez-leur donc des vrais enjeux, mettez-les en situation et donnez-leur des responsabilités pour qu’ils se sentent impliqués qu’ils acceptent de prendre des risques s’il le faut. Mais n’oubliez pas : informez, consultez (on se sent toujours plus impliqué dans un processus lorsqu’on nous demande notre avis) et sensibilisez.

Que faire si après tout ça, vous constatez une résistance au changement? Il est peut-être temps de penser à amener du sang neuf au sein de votre conseil d’administration. En effet, en 2017, vous ne pouvez plus vous permettre d’avoir des administrateurs frileux et réticents. Non seulement ils n’aideront pas l’organisation, mais ils pourraient même nuire à celle-ci.

3. Mettez les donateurs à contribution

Pour effectuer un véritable changement, la conversation que vous entretenez avec vos donateurs doit aussi changer. Demandez ce dont vous avez vraiment besoin en étant ouvert et transparent avec eux.

N’ayez pas peur de communiquer votre vision et votre audace à vos partenaires. S’ils comprennent bien où vous voulez aller, il y a de fortes chances qu’ils accepteront de prendre ces risques avec vous. Le temps n’est plus à répondre à leurs besoins en créant des projets sur mesure s’ils ne répondent pas à de réels besoins de l’organisation.

C’est le moment ou jamais d’être honnête, transparent, mais surtout, de vouloir faire les choses différemment, sans avoir peur!

L’accessibilité et l’inclusion au cœur de l’événement

William Mullen, 10 juin 2024

Articles de blogue

Parlez-vous l’inclusion?

Jennifer Brunet, 10 juin 2024

Articles de blogue