Accueil » Le pouvoir des communautés

Le pouvoir des communautés

Atypic

22 novembre 2017

Articles de blogue

Le pouvoir des communautés

Il était une fois un rêve, celui de pouvoir sensibiliser tous les êtres humains à leur prochain. À coup de statuts Facebook, de vidéos YouTube, de photos Instagram et de publications sponsorisées, ce rêve ne deviendrait-il pas réalité?  

Alors que l’année 2017 touche à sa fin, j’ai essayé de faire le point sur toutes les campagnes qui m’ont marquée cette année et sur ce qu’elles avaient en commun.

1. Une simple chaîne Facebook

 À chaque j’aime sur ce statut, je verserai la somme d’un dollar à une association aidant des personnes en difficulté. À chaque commentaire, 2 dollars. Après 24h, je convertirai les j’aime et les commentaires en une somme d’argent que je verserai à cette association et je nommerai à mon tour 5 personnes. Alors à vos claviers! 

En quelques jours à peine, ce statut a fait l’apparition sur tous les profils Facebook de mes amis, comme si d’un coup ils avaient tous été contaminés par l’épidémie charité.

Contrairement aux autres campagnes avec un défi à réaliser (pour ne pas nommer l’Ice Bucket challenge), ici zéro épreuve, aucune limite à repousser, juste un appel à la bonté.

En nommant 5 personnes à chaque fois, cette opération est très vite devenue virale. Et les j’aime se sont rapidement transformés en dollars.

Ce qui m’a marqué dans cette campagne, c’est que pour la première fois, le défi reposait sur la seule capacité de chacun à donner.

2. Le hashtag qui sauve des vies

La deuxième campagne qui m’a directement touchée, c’est celle de Gift of Life, une ONG américaine œuvrant pour le don de moelle osseuse.

Avec sa campagne #hope4adam née sur une simple page Facebook, Gift of Life s’est mise à la recherche d’un don de moelle osseuse pour Adam Krief, papa de 3 enfants, gravement atteint de leucémie. De nombreux relayeurs se sont mobilisés pour créer des événements dans les plus grandes villes de la planète (New York, Los Angeles, Paris, Montréal…) afin d’aider Adam à trouver un donneur compatible.

Après plusieurs mois, ce sont plus de 23 000 personnes qui ont rejoint la liste des donneurs grâce à cette campagne, et plus de 200 000$ ont été amassés pour financer les analyses de compatibilité.

Malheureusement, Adam n’a pas survécu. Mais sa chaîne de don a permis de sauver 43 personnes. Et tout cet engouement, toute cette générosité est partie d’une page Facebook et d’une communauté de relayeurs forts.

3. Quand une photo Instagram permet d’amasser près d’1 million…

Une célèbre blogueuse de Brooklyn a annoncé récemment la mort de son mari sur Instagram. En quelques jours, toutes ses amies, blogueuses mode également, se sont mobilisées pour aider cette famille à survivre financièrement. En 7 jours, près d’1 million de dollars ont été amassés, grâce au pouvoir de relayeuses à l’influence forte (avec des dizaines de milliers d’abonnés sur Instagram).   

Même s’il est toujours difficile de prévoir un succès, ce que je retiens de ces trois campagnes c’est…

  • Le rôle primordial des médias sociaux dans leur réussite, en particulier Facebook et Instagram.
  • L’importance d’avoir des relayeurs forts qui sauront porter le message sur la durée et à un nombre important de personnes.

Finalement, peut-être qu’on est plus (forts) qu’on pense, à partager le même rêve…

L’accessibilité et l’inclusion au cœur de l’événement

William Mullen, 10 juin 2024

Articles de blogue

Parlez-vous l’inclusion?

Jennifer Brunet, 10 juin 2024

Articles de blogue