Accueil » Se conscientiser sans se faire suer – mon top 5

Se conscientiser sans se faire suer – mon top 5

Atypic

16 mai 2019

Articles de blogue

Se conscientiser sans se faire suer – mon top 5

S’informer des enjeux sociaux, rechercher la nuance dans les débats publics, prendre le temps de regarder l’envers de la médaille, c’est la responsabilité de chacun. Mais ça n’a pas à être lourd. Ça peut aussi être plaisant ou inspirant.

Je vous présente mon top 5 d’œuvres par lesquelles j’ai aimé être inspirée, émue, secouée, choquée… Toutes québécoises, ces œuvres vont plus loin que le divertissement sans l’annihiler non plus!

1 – J’aime Hydro

Christine Beaulieu / Théâtre documentaire

J’y ai entre autre appris qu’Hydro Québec continue de construire des barrages hydroélectriques tout en sachant que nous produisons cette énergie à perte… À voir absolument, pour réfléchir de façon éclairée (!) à des enjeux dont vous ignoriez même l’existence et au modus operandi de cette entreprise sensée appartenir à la collectivité.

2 – Le peuple rieur

Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque / Essai

Qui d’autre pourrait mieux raconter l’histoire du Nitassinan que Serge Bouchard? Pour enfin comprendre comment le peuple innu s’est fait déposséder, mais aussi, combien nous lui sommes liés. À la fois instructif, nécessaire, beau et porteur de sens.

« Rien ne définit mieux l’Innu traditionnel que ses voyagements : une suite constante, patiente, d’allers et de retours, de montées et de descentes, une sorte de danse en cercle, un mouvement ininterrompu de pas foulant la taïga, de rames fendant l’eau, de raquettes s’enfonçant dans la neige. Ces itinéraires liaient les gens, reliaient des lieux à des histoires, des trajets à des mémoires. »

3 – La Bête (intégrale)

David Boudreault / Romans (Trilogie)

Pour un point de vue différent, aussi drôle que dérangeant, sur les mécanismes de la spirale de la violence, de la santé mentale, du décrochage social et de la criminalité… Une écriture qui ne laisse personne indifférent et qui brasse les idées reçues.

« L’important, quand on va nulle part, c’est de savoir s’arrêter. »

4 – Nunavik

Michel Hellman / Bande dessinée

Parce qu’on peut être du Mile End et vouloir s’ouvrir au reste du Québec (en l’occurrence, aux populations du nord de la province qu’on ne côtoie jamais). Pas moralisateur ni trop démoralisant, d’une légèreté efficace, on y apprend même des choses! Se lit très bien sur une terrasse après un long hiver…

5 – Rebelle

Kim Nguyen / Film

C’est facile de juger, de loin, la guerre et les atrocités commises en son nom. Un film grave et d’une grande authenticité, qui se déroule dans une Afrique subsaharienne particulièrement crédible, où l’on suit le parcours d’une fillette enlevée par une faction armée pour devenir enfant-soldat – une réalité malheureusement encore d’actualité. Un film triste et beau sur la résilience.

Vous avez aussi des recommandations coups de cœur susceptibles d’éveiller nos consciences avides de lucidité… et de divertissement? N’hésitez pas à nous en faire cadeau!

L’accessibilité et l’inclusion au cœur de l’événement

William Mullen, 10 juin 2024

Articles de blogue

Parlez-vous l’inclusion?

Jennifer Brunet, 10 juin 2024

Articles de blogue